• Plume

Les Fées

Mis à jour : avr. 17





Bonjour à vous chères créatures de tout univers,


J’espère avant toute chose que vous allez bien ?


Aujourd’hui, vous l’aurez deviné, nous allons parler de fées. Comme toujours, j’ai désiré faire un article simple, compréhensible de tous et j’ai donc volontairement omis des informations que je ne trouvais pas pertinentes, obligatoires ou intéressantes. Aussi, tout cela est le fruit de recherches mais si vous avez des précisions, des exemples ou autre à ajouter, n’hésitez pas à nous les déposer en commentaires !


Vous êtes prêts ? Alors, allons-y !





J’aimerais commencer par les mots de Pierre Dubois qui a dit que vouloir classifier le petit peuple serait « la plus grave des impolitesses ».


Comme bien des créatures légendaires, les fées sont nées de plusieurs folklores, de plusieurs cultures. Ainsi, chacun y est allé de son interprétation, de ses certitudes et nous voici avec des créatures aussi mystérieuses que diverses. Nous n’aimons pas les étiquettes, n’est-il pas ? Alors, faisons de même avec nos amies les fées ! Voyageons ensemble au travers des légendes et de certaines créatures qui vous feront fantasmer autant qu’elles vous feront frissonner.


Vous ai-je dis que les classer aurait été une insulte ? Pourtant, certains s’y sont essayés. L’une des classifications les plus influentes est celle de la Cours Seelie et Unseelie. Ça ne vous dit rien ? Et si je vous parlais de la Cours des Lumières (ou de l’Eté) et de la Cours des Ténèbres (ou de l’Hiver) ? Les premières sont d’une incroyable gentillesse, elles aiment les tours malicieux mais sont d’une grande générosité. Les secondes sont malfaisantes, hideuses, solitaires et même violentes. Elles se mettaient en groupe et agressaient de nuit, les malheureux voyageurs...



Étant donné le nombre important de folklores, il y a eu confusion entre diverses créatures aux noms et aux caractéristiques opposées, issues de langues et de culture différentes. Tout cela rend difficile de décrire à quoi ressemble une fée tant elle a d’aspects différents. Elles peuvent être des revenantes, des anges déchus… Elles peuvent être minuscules ou bien immenses mais un point commun qui revient généralement c’est leur proximité avec la nature dont nous reparlerons un petit peu plus bas.



Physiquement, j’imagine que vous avez une image bien précise qui vous vient en tête lorsque vous entendez le mot « fée ». Vous l’aurez compris, les descriptions diffèrent de pays en pays mais aussi selon les époques. Il y a fort fort longtemps, dans la littérature médiévale, elles étaient de parfaites femmes dont aucun trait physique ne les différenciait des humains. Plus tard, elles furent représentées grandes, blondes et d’une beauté à couper le souffle. On ajouta des ailes, une baguette, des oreilles pointues de temps à autre. Tantôt elles étaient d’une beauté inégalable, tantôt d’une laideur insoutenable.



Bien souvent, elles sont décrites comme des êtres anthropomorphiques et féminins. La certitude c’est que ces dernières sont dotées de pouvoirs surnaturels ! Parfois, elles pourront voler dans les airs, conférer des dons aux nouveau-nés, influencer le futur, la destinée humaine. Elles pourront aider, soigner, fournir des armes enchantées, danser en cercle mais elles pourront aussi kidnapper des personnes et principalement des nouveau-nés. Elles peuvent de déguiser ou bien modifier l’apparence de ce qui les entourent



Fée marraine, fée amante ou vieille fée. Ce ne sont là que les quelques noms qui peuvent les caractériser. La fée marraine est évidemment celle que nous connaissons de Cendrillon, emplie de bienveillance et d’un petit « bibidi bobidi bou » enchanté.

La fée amante est une fée de la forêt, sortant de nulle part et qui vient donner du plaisir aux hommes avant de disparaitre. Une jeune femme magnifique mais dont l’amour est assujetti à une condition, comme par exemple ne pas chercher à la voir tel ou tel jour. Un interdit qu’il ne faut jamais rompre sous peine d’une vengeance cruelle pouvant aller jusqu’à la mort.

La vieille fée, elle, fut popularisé par la fée Carabosse. Elle est évidemment l’antithèse de la fée marraine, elle est vieille, laide, et maudit les nouveau-nés. Cela étant, dans le folklore français, elles peuvent sembler éternellement vieilles mais ne sont pour autant pas obligatoirement malveillante. Un exemple, une fois encore, de la diversité des discours à leur sujet.



Comme nous l’avons dit plus haut, les fées ont bien souvent un fort rapport avec la nature. Ainsi, on remarquera les fées des eaux, qui incluent les sirènes, les nixes mais aussi la légende de la dame du lac. On aura par exemple la fée des végétaux qu’on associera beaucoup à la forêt. Vous aurez remarqué j’imagine que ce lieu est à nos yeux, le terrain privilégié du petit peuple. En effet, entrer dans une forêt c’est entrer dans un lieu qui nous semble sans limite, un nouveau monde sans fin. Beaucoup ont pensés que c’était le lieu de prédilection pour rencontrer des fées au crépuscule. Vous aurez remarqué aussi que les fées ne sont jamais liées aux villes et zones urbaines mais bien souvent aux forêts, aux collines et aux points d’eaux. Elles sont parfois la personnification de la nature, se devant de protéger cette dernière.



Mais, sont-elles réelles ?

De tout temps, de toute époque, des personnes ont dit avoir eu l’opportunité de communiquer ou de voir de véritables fées. Il y a eu par exemple, l’affaire des fées de Cottingley, en Angleterre qui a fait beaucoup de bruits.


Parlons-en brièvement !

Au début du vingtième siècle, deux jeunes cousines, Elsie Wright et Frances Griffiths, vivant à Cottingley dans le Yorkshire ont prises cinq photographies. Dessus, on observe les deux petites filles en compagnie de fées et autres créatures du petit peuple. Intriguant, non ?

Ces photographies attirèrent l’attention d’un auteur que vous connaissez probablement, ce cher Arthur Conan Doyle qui s’en servira pour illustrer articles et livres. Lui est heureux, voyant là la preuve irréfutable de l’existence de cet autre monde mais le public n’est pas de cet avis. Certes, certains y croient mais d’autres pensent à un trucage...

Après 1921, l’histoire fait de moins en moins de bruit et les deux filles grandissent, se marient et vivent à l’étranger pendant bien des années. En 1966, un journaliste interroge l’une des deux cousines, Elsie, qui clamera une nouvelle fois que les photographies sont belles et bien réelles. Ce n’est seulement qu’en 1980, âgées toutes les deux d’environ 80 ans qu’elles déclarerons que tout n’était finalement que trucages en carton. Frances affirmera malgré tout que la dernière photo est, elle, authentique. Un beau canular qui aura duré près d’un siècle !



Évidemment, il y aurait encore bien des choses à raconter au sujet des fées, mais je n’ai aucunement l’intention de vous voir vous endormir devant votre ordinateur !



Alors, dites-nous en commentaire si vous aussi vous avez photographié des fées et à quoi elles ressemblaient ?


Je vous souhaite une très belle journée et prenez soin de vous ❤


PS : Joyeuse St Valentin à tous et toutes ❤


0 vue

© 2023 by Kaegor de Rion.